organisation pour les devoirs

Publié le 29 Octobre 2020

organisation pour les devoirs

Le rythme scolaire a repris, avec quelques variantes dans l'organisation.

Son frère étant maintenant en 6, ils rentrent ensemble par le car et arrivent chez eux vers 17 h 35.
Cette organisation leur plait beaucoup car ils ont le temps de glandouiller avec les copains sur le chemin et en attendant le bus.
La présence de Louis est favorable car c'est un grand bavard. Il parle avec tout le monde et est un  "facilitateur de relations humaines" pour Martin.

Il est entendu qu'ils doivent être à leurs devoirs à 18 h.
Je les rejoins à 17 h 50  ou 18 h pour vérifier qu'ils se soient bien mis au travail.
Ils n'y sont jamais. Ils traînent sur le canapé en jouant sur leur téléphone.
Je bouscule tout le monde et chacun part dans sa chambre avec son cartable...

Je laisse Martin s'installer seul et je commence par son frère à qui je demande son cahier de texte.
Il l'ouvre en râlant, me disant qu'il n'a rien à faire. Mais la réalité le rattrape et il se met à ses devoirs.

Je retrouve Martin pas trop motivé, mais résigné.
Il doit avoir fini à 19 h. J'impose  ce rythme pour qu'il ne rêve pas sur les premiers exercices.
Il commence seul et je retourne voir comment se débrouille son frère.
J'attends 10 minutes au salon et repart chez Martin.
Pour les maths et le français  si cela marche bien je le laisse tranquille et reprend mon attente, sinon je reprend la compréhension de l’énoncé ou nous reprenons la leçon sur laquelle porte l'exercice et je vois comment il l'applique.
Pour l'anglais c'est vraiment du goutte à goutte et nous y passons du temps.
Pour l'histoire et les Sciences je lui pose des questions pour qu'il me résume ce qu'il a compris.
Pour l'Italien, j'ai jeté l'éponge.

Je ne reste qu'une heure, il doit avoir fini ou...mal ou... pas.
Les premières semaines a été difficiles car il oubliaient ses cahiers ou ses livres au collège et les devoirs ne pouvaient pas être faits. Mais cela est ensuite rentré dans l'ordre.

Je veux lui laisser de l'indépendance, c'est maintenant à lui de se prendre en main.






 

Commenter cet article