ça va pas bien

Publié le 28 Février 2020

ça va pas bien

Le deuxième trimestre est encore plus désolant.
Le divorce de ses parents se passe mal. Martin subit une grosse pression lorsqu'il est chez la nouvelle compagne de son père. Tout ce qui vient de la famille de sa mère est mauvais. Mon aide pour ses devoirs est sans doute perçue comme une ingérence. 
Le  maître mot de l'éducation paternelle est : Martin doit s'autonomiser. C'est l'excuse qui consiste à le laisser seul avec ses difficultés, en ne lui  donnant ni direction ni outil pour les résoudre.
C'est très pratique.
 
Lorsque je le retrouve pour la "semaine maternelle" il est complètement fermé. Il a besoin de 2 jours pour redevenir comme avant. Il ne dit rien de ses tourments, mais je sais qu'il souffre. 
Comment travailler dans de telles conditions ?
Il est moins motivé donc moins attentif. Les devoirs à faire deviennent une purge , aussi bien pour lui que pour moi 
 

Le professeur principal s'est inquiété de la baisse de ses résultats et de son attitude triste en classe.
Il  a écrit à sa mère en demandant un RV.
Cette intervention extérieure a étayée la demande de garde exclusive que demande ma fille.
Son avocat a pu faire passer son dossier de divorce dans les urgences.
C'est au moins une bonne nouvelle !

Vivement que ce point de garde d'enfants soit réglé. 
Notre pauvre dyslexique a encore plus besoin qu'un autre d'un cadre fixe pour être sécurisé.

 

Commenter cet article