6°Ulis ou 6°normale ?

Publié le 8 Janvier 2018

6°Ulis ou 6°normale ?

Il faut réfléchir, se renseigner, trouver la meilleure solution pour Martin.

Faire le bilan :
La maitresse est bien, elle a intégré Martin, elle a veillé à  ne jamais le mettre en échec, elle l'a valorisé et encouragé.
C'est très positif, sans elle nous n'en serions pas arrivé là. Mais elle a des craintes que je ne partage pas. C'est le premier enfant dyslexique qu'elle  reçoit dans sa classe et elle assimile les difficultés d'apprentissage de Martin avec des difficultés intellectuelles.
Je reconnais ses lacunes scolaires mais je sens que que ce n'est qu'une question de temps.
Martin mature lentement, mais il murit à son rythme.
Il pose des questions sur le monde, le travail, les autres.
Il a des remarques qui montre sa sensibilité et sa profondeur.
Ses intérêts ne sont pas ceux de la majorité des autres enfants et la maitresse avoue qu'elle est déstabilisée par ses questions auxquelles elle ne sait pas répondre immédiatement.
C'est  un enfant qui murit lentement et l'apprentissage scolaire ne peut se faire qu'en fonction de sa maturité personnelle.

Poser le problème
Le problème est que nous n'avons pas de temps. L'éducation nationale traite les enfants par  classes d'ages. Si l'éducation pouvait se faire par module cela résoudrait tout.
Mais nous n'avons le choix qu'entre 2 solutions :
- La 6° ULIS
Elle est considérée par la maitresse comme une chance Effectif réduit, rythme moins rapide, pas de changement de classe entre chaque cours, donc moins déstabilisante pour un enfant qui a du mal à s'organiser.
O.K, mais son envers est : entourage peu stimulant avec des enfants qui ont de réelles difficultés de compréhension. Martin risque de "paresser " avec satisfaction dans cette ambiance.
Et les amis ? pourras t il se faire de des vrais amis, avec un même intérêt pour la technique, l'histoire, le rugby dans une classe Ulis ?
Et puis, surtout c'est déjà une voie de garage. On ne sort pas des classes Ulis; A quel diplôme pourra t’il prétendre après une scolarité en Ulis ? Personne n'en parle.
- La 6° normale
Normale, pas tout à fait. Avec AVS mutualisée et Plan de travail adapté.
Pourra t il suivre ? Et s'il ne peut pas, comment ressentira t’il un  échec ? Il risque de  déprimer, de  vivre avec le sentiment d'être un raté.
Que faire pour bien faire ?




 

Commenter cet article